Tchernobyl, les héros sacrifiés

« Malgré leurs protections, on les envoie en mission suicide »

CATASTROPHES : La catastrophe de Tchernobyl, pire accident nucléaire de l'Histoire, a fait, selon certaines estimations, des milliers de morts et contaminé jusqu'aux trois quarts de l'Europe.

Tchernobyl - les liquidateurs

Tchernobyl (urss), Le 10 mai 1986.  800.000 liquidateurs ont été envoyés dans la centrale pour stopper l’incendie et enlever les gravats radioactifs.

Une fois le choc de la nouvelle de l’accident de Tchernobyl passé, une course contre la montre s’est enclenchée. Une bataille de l’homme contre les radiations pour limiter au maximum l’impact sur la population et l’environnement. Des anonymes chargés de déblayer les déchets ont effectué leur mission : liquider l’accident.

La catastrophe de Tchernobyl, pire accident nucléaire de l'Histoire, a fait, selon certaines estimations, des milliers de morts et contaminé jusqu'aux trois quarts de l'Europe.  le 26 avril 1986: A 01H23 du matin, le coeur atomique du réacteur numéro 4 de la centrale soviétique de Tchernobyl (nord de l'Ukraine) s'emballe au cours d'un test de sûreté à la suite d'erreurs de manipulation, et une explosion fait voler en éclats l'édifice. Une colonne de fumée radioactive s'élève dans les airs.

Les premiers pompiers arrivés sur le site reçoivent des doses radioactives énormes. Parmi les employés et les secouristes, deux meurent sur le coup, 28 dans les semaines suivantes. Le combustible nucléaire va brûler ainsi pendant plus de dix jours. Des milliers de tonnes de sable, d'argile et de plomb, déversées par hélicoptères, seront nécessaires pour maîtriser les fuites.

Dans les jours qui suivent, le panache radioactif pollue très fortement l'Ukraine, le Bélarus et la Russie. Parvenu au-dessus des pays scandinaves, il contamine ensuite l'Europe centrale et balkanique, l'Italie, la France, la Grande-Bretagne et l'Irlande. L'évacuation de Pripyat, ville de 48.000 habitants à trois kilomètres de la centrale, n'a lieu qu'un jour et demi après l'explosion. Les cérémonies traditionnelles du 1er mai sont célébrées comme à l'accoutumée à Kiev, pourtant situé à seulement une centaine de kilomètres de la centrale. En 1986, plus de 110.000 personnes ont dû être évacuées d'un périmètre de 30 kilomètres autour de la centrale, toujours zone d'exclusion aujourd'hui.

 

La première alerte publique n'a été donnée que le 28 avril par la Suède, qui a détecté une hausse de la radioactivité sur son territoire. L'AIEA (Agence internationale de l'Energie atomique) reçoit notification officielle de l'accident le 30. Mais le chef de l'Etat soviétique Mikhaïl Gorbatchev n'avouera publiquement que le 14 mai. Trois autres réacteurs de la centrale ont continué de produire de l'électricité jusqu'en décembre 2000.

Après l’explosion nucléaire de Tchernobyl, le bilan humain de la catastrophe fait toujours l’objet d’âpres débats. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a estimé officiellement à 30 le nombre de morts par irradiation aiguë et à 4 000 le nombre de décès par cancer, avérés ou à venir. Un bilan contesté par Greenpeace qui estime que 200 000 décès ont été constatés ces quinze dernières années en Russie, Biélorussie et Ukraine.

Selon l’AIEA, il y aurait eu au total 1 500 morts parmi les habitants des zones les plus contaminées et 2 200 parmi les liquidateurs. Ces appelés du contingent, ingénieurs et mineurs étaient intervenus dès le lendemain de la catastrophe au cœur de la centrale nucléaire pour stopper l’incendie et déblayer les gravats radioactifs. « 600 000 à 800 000 liquidateurs ont été envoyés sur le site. Les robots automatiques utilisés pour ramasser les débris n’avaient pas résisté aux radiations et ont été remplacés par des hommes que l’on voyait à l’époque courir sur le toit de la centrale. En Ukraine, 125000 liquidateurs seraient morts et 90% des survivants sont malades. »

Des 800 000 « liquidateurs » intervenus sur le site après les faits, 112 000 à 125 000 sont morts. Beaucoup de ces hommes et femmes ont reçu, souvent sans protection, d’énormes quantités de rayonnements et ont inhalé des poussières fortement chargées en isotopes de l’uranium. Des milliers d’études ont mis en évidence dans les pays touchés une augmentation sensible de tous les types de cancer, ainsi que des maladies des voies respiratoires, des affections cardiovasculaires, gastro-intestinales, génito-urinaires, endocriniennes, immunitaires, des atteintes des systèmes lymphatiques et nerveux, de la mortalité prénatale, périnatale et infantile, des avortements spontanés, des malformations et anomalies génétiques, des perturbations ou des retards du développement mental, des maladies neuropsychologiques et des cas de cécité.


Pour les vingt premières années, les dépenses directes provoquées par la catastrophe pour les trois pays les plus touchés dépassèrent 500 milliards de dollars, ce qui, rapporté au coût de la vie dans l’Union européenne, représente plus de 2 000 milliards d’euros. Autant, donc, sinon plus, que le coût de construction de toute l’infrastructure nucléaire mondiale !

Tchernobyl

 

 TelechargementMultisupport
 Téléchargement immédiat

 

  

Catastrophes Russie Nucléaire

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×